LE LABORATOIRE FRANÇAIS DE LA PHARMACOPÉE CHINOISE DEPUIS 1997
Vous êtes praticien ?
Panier
0,00 €
leftRetour aux articles
plusLire plus
plusLire plus
plusLire plus
plusLire plus

Transpiration excessive : les causes et solutions en médecine chinoise

femme rousse qui a des gouttes de sueurs sur le visage.
Santé et bien-être - 23/08/2021 - par Wafa G.

Provoquant gêne et embarras lorsqu’elle se fait visible et qu’elle laisse trace et mauvaise odeur sur les vêtements, la transpiration, aussi incommodante soit-elle, fait partie des fonctions essentielles du corps. Indispensable pour l’organisme, elle constitue un mécanisme de défense en faveur de la santé et agit contre la chaleur excessive.

Difficile à supporter surtout pendant les vagues de chaleur, la transpiration se manifeste par la production importante de sueur, généralement au niveau des aisselles, du bas du visage et du menton, mais pas uniquement. Lorsqu'elle est excessive, la transpiration peut menacer notre équilibre et favoriser l’apparition de maladies cutanées.

Qu’est-ce donc que la transpiration excessive ? Quelles en sont les origines ? Que conseille la médecine chinoise pour en venir à bout ?

La transpiration, à quoi ça sert ?

Composée de 99 % d'eau, de minéraux, d’anticorps, de déchets et d’acide lactique, la transpiration, aussi appelée sudation, fait référence à l’élimination de la sueur par les pores de la peau. Ce phénomène se développe généralement à la puberté, période où nos glandes sudoripares s'activent, notamment au niveau des aisselles. Ainsi, nous perdons chaque jour entre un litre et un litre et demi d’eau par le biais de la sueur. Cette quantité peut varier selon plusieurs facteurs : à titre d’exemple, transpirer après avoir pratiqué une activité sportive permet une thermorégulation efficace, toutefois, l’exercice physique favorise une élimination plus importante des liquides biologiques, ainsi il convient de compenser la perte en s’hydratant davantage. Par ailleurs, le volume de sécrétion est aussi lié aux nombres de glandes sudoripares ainsi qu’à leur degré d’activité.

En Médecine Traditionnelle Chinoise, la sueur contribue à harmoniser et à réguler l’ensemble de l’organisme et elle joue un rôle crucial dans l’immunité du corps. C'est un fluide ye puisque, contrairement au fluide épais jin, il s'écoule mais ne circule pas. La MTC considère que la sueur possède la même source que le Sang, puisque comme lui, elle est un Liquide Organique du Coeur. Grâce à son rôle purificateur, elle participe au maintien de la bonne température du corps.

Toutefois, influencée par des facteurs héréditaires, par le stress, la chaleur, l’alimentation, les changements hormonaux, le tabac ou encore la caféine, elle peut parfois être sécrétée de façon excessive. En effet, ce qu’on appelle communément la transpiration excessive et que l’on retrouve parfois sous le nom d’hyperhidrose, est une maladie (dont on parle peu) qui atteste d’un déséquilibre interne et menace d’épuiser les liquides et par extension l’énergie du corps. Selon des études, 1% à 3% de la population ferait l’expérience de transpiration excessive. Mais de quoi parle-t-on véritablement ?

Les causes de la transpiration excessive

transpiration excessive

En médecine chinoise, on considère qu’il existe trois types de transpirations excessives dont les origines et manifestations sont très différentes :

• La transpiration spontanée (zihan - 自汘)

Nous parlons de transpiration spontanée pour parler de la transpiration fréquente, généralement sécrétée durant la journée. Elle est la conséquence d’un vide de Qi, généralement du Poumon (ou d'un déséquilibre entre le Qi défensif et le Qi nourricier) et d’une insuffisance de Yang. Elle peut être exacerbée lors de chaleurs saisonnières, d’une activité physique ou face à des changements hormonaux, et elle concerne essentiellement les cuisses, le dos, le torse, les aisselles, les mains et les pieds.

• La transpiration nocturne (daohan - 盜汗)

Comme son nom l’indique, la transpiration nocturne surgit durant le sommeil et se calme au réveil. Elle témoigne d’une déficience de Yin avec la montée du Feu Vide ou d'une déficience du Sang du Coeur. Ce type de transpiration est généralement accompagné de plusieurs symptômes tels que des insomnies, une sensation de chaleur dans la poitrine, dans les paumes des mains et à la plante des pieds.

• La transpiration jaune (huanghan - 黃汗)

Généralement localisée sur la partie supérieure du corps, elle porte ce nom pour faire référence aux traces jaunes qu’elle laisse fréquemment sur le linge. Elle peut être accompagnée d’une sensation insatiable de soif, un goût amer dans la bouche, d’un manque d’appétit et entrainer de la fièvre1.

Ainsi quels sont organes menacés par ce phénomène ? Quels sont les risques pour la santé ?

Les organes impliqués dans ce phénomène

En médecine traditionnelle chinoise, la dysharmonie du Qi ainsi que les déséquilibres survenant au niveau des organes peuvent donner lieu à la maladie. En cas de transpiration excessive, la MTC associe essentiellement ce problème à deux organes : le Cœur et le Poumon.

Le Cœur

De nature Yang, cet organe associé à la saison estivale abrite le Shen, régit les émotions, contrôle les vaisseaux sanguins et veille à la production et à la bonne circulation du Sang et du Qi. Une activité trop intense peut épuiser le Sang et le Cœur. En effet, les personnes qui transpirent de façon anormale sont généralement sujettes à une déficience au niveau du Cœur : si la transpiration est spontanée, le déséquilibre est dû à un vide de Qi du Cœur. S’il est question de transpiration excessive durant la nuit, le déséquilibre traduit probablement un vide de Yin du Cœur. Parmi les symptômes principaux accompagnant la transpiration excessive, nous retrouvons, palpitations, souffle court, nuits agitées avec beaucoup de rêves, fatigue.

Le Poumon

Organe de l’automne, le Poumon est de nature Yin. Il gouverne la respiration, contribue à la propulsion du Sang dans les vaisseaux, assure la libre circulation du Qi, répartit les liquides organiques et contrôle la Surface. Le Poumon contrôle la peau, et par cette fonction, il sert d’intermédiaire entre l’organisme et l’environnement extérieur et aurait pour rôle de gérer l’ouverture et la fermeture des pores au niveau des glandes sudoripares. Quand le Qi du Poumon est faible, une sécrétion excessive de sueur peut être remarquée. Elle sera généralement accompagnée d’un souffle court, de difficultés à parler et d’un teint pâle.

Pour combattre la transpiration excessive, les deux organes qu'il nous faut donc fortifier sont le Cœur et le Poumon, et pour cela, la diététique chinoise possède quelques précieux conseils à partager.

La diététique chinoise conseille la saveur acide

top-view-fresh-ripe-lemons-wicker-basket-black-with-copy-space (1).jpg

La diététique chinoise incarne l’art de se soigner par les aliments. Branche fondamentale de la médecine traditionnelle chinoise, elle classifie des aliments pour prévenir et traiter les déséquilibres dans le but de préserver la santé. Pour réduire la sécrétion de sueur, il convient naturellement de mettre de côté les aliments qui stimulent l’action des glandes sudoripares et la diététique conseille surtout de privilégier les aliments de saveur acide. En effet, de nature Yin, cette saveur permet de retenir l’énergie. Grâce à son action astringente ainsi qu’à ses propriétés d’absorption, elle évite au corps d’évacuer trop de liquides et d’eau. Pour réguler votre sudation, optez pour des aliments de saveur acide tels que le vinaigre, la pêche, la prune, le citron ou encore la grenade.

Attention : si la saveur acide est fortement encouragée, la saveur piquante est en revanche déconseillée puisqu’elle repousse le Qi et les Liquides vers l’extérieur et provoque la transpiration. Ainsi, évitez les plats contenant de la moutarde, dites adieu au gingembre sec, au piment ou encore à la coriandre car tous favorisent la montée de la Chaleur dans le corps, augmentent le rythme respiratoire et engendrent la sudation.

Réguler la transpiration grâce au pouvoir des plantes

Plantes chinoises pour réguler la transpiration

Depuis la nuit des temps, les plantes constituent une solution naturelle pour traiter toute sorte de maux, qu’ils soient plus ou moins sérieux. Pour lutter contre la transpiration excessive, il faut d’abord évaluer l’origine de ce phénomène. Selon le type de transpiration, il faudra se tourner vers les plantes qui renforcent le Qi, tonifient le Yang ou alors qui rééquilibrent le Yin. Fortifier le Cœur et le Poumon est tout aussi capital. Voici une sélection des plantes préconisées par la pharmacopée chinoise pour venir à bout de l’hypersudation :

• Bai shao yao (Racines de Pivoine blanche) : utilisée depuis le VIème siècle avant Jésus Christ pour ses nombreux bienfaits, la Pivoine blanche est originaire des plaines du Nord de la Chine. Elle nourrit le Sang et ajuste le Yin ce qui en fait une solution efficace en cas d’hypersudation nocturne.

• Nuo dao gen (racine de riz gluant) : plante anti-sudation par excellence, elle apaise les bouffées de chaleur engendrées par une déficience de Qi et les sueurs nocturnes provoquées par une déficience de Yin.

• La sauge officinale : possédant des propriétés antisudorales, elle calme les sueurs abondantes. Il est toutefois déconseillé d’en consommer le soir puisqu’elle peut rendre difficile l’endormissement.

L’acupuncture, une solution au problème d’hypersudation

close-up-acupuncture-procedure.jpg

Associée aux remèdes naturels de la pharmacopée, l’acupuncture peut également être envisagée en complément de traitement. Elle est principalement recommandée pour réduire les sueurs spontanées qui surviennent pendant la journée. En effet, cette méthode alternative s’avère efficace pour traiter les déséquilibres énergétiques entre le Yin et le Yang, déséquilibres à l’origine du dérèglement des glandes sudoripares. Le principe de traitement de l'hyperhidrose en acupuncture sera donc de stimuler certains points afin d’harmoniser les deux forces et diminuer le Yang, généralement à l’origine d’une sudation abondante.

• V 13 (Fei Shu), P 5 (Chi Ze) et V 43 (Gao Huang) : leur stimulation permet de nourrir le Yin, d’humidifier le Poumon et de calmer la transpiration nocturne.

• C 6 (Yin Xi) et GI 4 (He Gu) : ces deux points sont stimulés dans le but de clarifier la Chaleur et de venir à bout de la transpiration excessive.

Aussi appelée le syndrome « Han Zheng », l’hyperhidrose, fait partie des syndromes reconnus et longuement étudiés par la médecine traditionnelle chinoise. Révélateurs d’importants déséquilibres internes, les troubles de la transpiration sont susceptibles d’altérer grandement la qualité de vie des personnes qui en sont sujettes. La médecine traditionnelle chinoise se pose comme une alternative de taille pour lutter contre ces dérèglements grâce à des solutions naturelles et efficaces.

Références
[1] Rempp C., Les troubles de la sudation. Rev. Fr. d’Acup. 1988; 55:13-21.

On en parle