LE LABORATOIRE FRANÇAIS DE LA PHARMACOPÉE CHINOISE DEPUIS 1997
Vous êtes praticien ?
Panier
0,00 €
leftRetour aux articles
plusLire plus
plusLire plus
plusLire plus
plusLire plus

Troubles du sommeil : les solutions de la Médecine Chinoise

Santé et bien-être - 27/07/2021 - par Wafa G.

Insomnie, apnée, réveils nocturnes… La liste des troubles du sommeil est longue. Si le besoin de repos varie grandement d’une personne à l’autre, dormir reste un besoin vital pour tout être humain. En effet, la fatigue menace lourdement notre équilibre interne et affecte notre bien-être, notre productivité, notre capacité de concentration et notre humeur.

Nous avons déjà tous fait l’expérience de nuits blanches, de difficulté à trouver le sommeil, de sensation de fatigue malgré le repos, cependant, chez certains, ces problèmes peuvent s’avérer beaucoup plus sérieux et perdurer dans le temps. Selon Santé Publique France, une personne sur cinq est victime d’insomnie ou, de façon plus générale, de troubles du sommeil1.

Par ailleurs, dans nos sociétés où règnent stress et écrans, ce phénomène est en constante hausse et faire l’expérience de nuits de sommeil réparatrices de 3 à 5 cycles de 90 minutes comme le recommandent les experts de santé est de plus en plus rare.

Mais quelles sont les origines de ces troubles ? Quel impact ont-ils réellement sur la santé ? Que conseille la médecine chinoise pour retrouver de bonnes nuits de sommeil ?

Le rôle du sommeil dans la santé

fatigue.jpg

Si certains aiment à dire que se reposer est une perte de temps, c’est en réalité tout le contraire : bien dormir est primordial puisque le sommeil joue un rôle crucial sur notre état de santé physique et psychologique. C’est ce qui explique pourquoi nous passons globalement un tiers de notre vie à dormir.

Un cycle de sommeil dit « normal » comporte généralement 4 phases : la somnolence, l’endormissement léger, le sommeil profond et la fin de sommeil, autrement dit, lorsque le moment du réveil approche. C’est quand le cycle est perturbé que l’on parle de troubles du sommeil et il va sans dire que ces derniers peuvent avoir des effets très négatifs sur la santé. Les troubles du sommeil sont généralement classifiés en deux catégories : les parasomnies, phénomènes physiologiques qui surviennent au cours du sommeil, et les dyssomnies qui altèrent la quantité et la qualité du sommeil.

Certains troubles sont plus courants que d’autres, nous pouvons mentionner par exemple l’insomnie, soit l’absence de sommeil, un trouble lourd de conséquence sur la santé. L'insomnie est généralement chronique, et par conséquent, elle est le fruit d’un stress émotionnel, ou extrinsèque, autrement dit, elle est provoquée par des éléments ponctuels extérieurs.

La parasomnie quant à elle regroupe toutes les agitations qui surviennent durant le temps de repos, elle se traduit par l’expérience de somnambulisme, de cauchemars récurrents, de terreurs nocturnes, de sudation excessive ou encore d’incontinence, des manifestations qui peuvent paraitre moins sérieuses mais qui affectent tout autant la qualité des nuits.

pexels-pavel-danilyuk-8057066 (1).jpg

Les troubles du sommeil sont souvent le fruit d’un état émotionnel fragile, d’un fort sentiment de stress ou d’anxiété ou d’un changement d’environnement et ils peuvent aussi être provoqués par le rayonnement de nos écrans dont nous avons beaucoup de mal à nous éloigner.

S’ils sont donc susceptibles de survenir à la moindre inconvenance, leurs conséquences sur la santé peuvent être redoutables : ils participent à l’apparition de maladies cardiovasculaires, de cancers, d’état d’obésité ou encore de diabète. De plus, une fatigue intense accentue les douleurs déjà présentes, favorise la dépression et l’hyper-émotivité, encourage une mauvaise alimentation et provoque une importante baisse de concentration.

La médecine conventionnelle prescrit généralement des somnifères ou des antidépresseurs à faible dose aux personnes souffrant d’insomnies ou qui font l’expérience d’un cycle de sommeil saccadé. Si ces médications sont efficaces à court terme, puisqu’elles diminuent l’activité du cerveau et permettent ainsi de récupérer, elles ne traitent ni les causes ni le fond du problème.

De plus, elles peuvent être dangereuses car bien souvent elles créent une dépendance chez le patient. Alors, que suggère la MTC pour retrouver des nuits complètes et réparatrices ?

La médecine chinoise face aux troubles du sommeil

Les origines des troubles du sommeil

Primordial pour la santé, le sommeil permet l’ajustement de nombreuses sécrétions hormonales et le maintien de la température interne du corps. Un sommeil perturbé est susceptible de provoquer un épuisement allant jusqu'à affaiblir notre système immunitaire.

De nombreux facteurs peuvent être à l’origine des troubles du sommeil tels que l’abus de certaines substances (comme la caféine), la surcharge de travail, ou encore l’usage excessif des écrans par exemple. Cependant, les principales sources de déséquilibres sont généralement :

  • L’agitation mentale : il est dit qu’il faut endormir le Cœur avant de s'endormir. En effet, l’instabilité émotionnelle, le stress, les tourments, le surmenage et la nervosité affectent lourdement le Shen (l’Esprit), abrité par le Cœur. Ainsi, le sommeil passe par le bien-être psychique, il est donc primordial de prendre soin de notre santé émotionnelle.

  • L’alimentation : la consommation régulière de repas trop riches, trop sucrés, acides ou salés dégrade lourdement la qualité de notre sommeil. La diététique chinoise prône une alimentation légère, adaptée à la saison et de préférence de nature Yin le soir pour favoriser l’entrée dans le sommeil.

  • L’intensité de l’effort physique : la pratique d’une activité physique intensive en fin de journée ou en soirée peut rendre l’endormissement plus difficile. Il convient de préférer la pratique d’exercices énergétiques ou d’une gymnastique douce comme le Qi Gong.

L'explication de la MTC

pexels-andrea-piacquadio-3807760 (1).jpg

« Le tigre aussi a besoin de sommeil. » Proverbe chinois

Selon la MTC, les troubles du sommeil proviennent d’un déséquilibre énergétique. Elle considère qu’il en existe trois : la difficulté à s’endormir, les réveils nocturnes et la mauvaise qualité de sommeil, et que chacun d’entre eux nécessite un traitement particulier.

Au moment du coucher, le Yang diminue pour laisser place au Yin et donc au repos et à l’immobilité du corps et de l’esprit. Les troubles du sommeil traduisent un déséquilibre à ce niveau : de l’insomnie renvoie à une plénitude de Yang ou un vide de Yin et donc à l’incapacité de trouver le calme et le repos, mais aussi à une instabilité du Shen (« l’Esprit ») ; les réveils nocturnes apparaissent lorsque le cycle énergétique entre les organes est rompu ; enfin, le sommeil qui n’est pas assez profond, et qui par conséquent ne permet pas d’être réparateur, est dû à un Yang qui ne parvient pas à laisser complètement sa place au Yin et à s’apaiser.

La médecine traditionnelle chinoise propose plusieurs alternatives afin de venir à bout des troubles du sommeil. Premièrement, elle déconseille les repas trop copieux avant le coucher, les diners tardifs, la consommation de toniques (thés, café, boissons gazeuses) et de saveurs trop fortes susceptibles de perturber le Cœur et donc par extension le Shen.

Elle encourage une alimentation légère et invite à privilégier les aliments faciles à digérer, principalement ceux de nature neutre et tiède et de saveur douce. Naturellement, ses conseils varient selon le type de troubles à traiter. Bien souvent, le recours à l’acupuncture est suggéré. En effet, cette discipline a fait ses preuves en matière de régulation du sommeil.

L’acupuncture : une solution qui a fait ses preuves

acu-sommeil.png

Branche de traitement de la médecine traditionnelle chinoise, l’acupuncture est sans doute la plus populaire en Occident. Ce système de soin repose sur la stimulation à l’aide de fines aiguilles de points bien précis, répartis sur le corps le long des méridiens. En effet, les méridiens sont liés à notre zone cutanée par 365 points. Ce sont ces points qui sont sollicités lors de séance d’acupuncture pour réguler la circulation du Qi et ainsi combler les manques énergétiques, évacuer les excès ou encore libérer les blocages.

Chez les personnes sujettes aux troubles du sommeil, il est judicieux d’opter pour cette méthode puisqu’elle vient restaurer une bonne circulation du Qi et favoriser l’harmonisation du Yin et du Yang ainsi que celle du corps et de l’esprit, indissociables dans le traitement des maladies.

En stimulant des points précis, l’acupuncteur parvient à traiter les causes de ces troubles et à réguler le flux énergétique afin de faciliter l’endormissement. Les points généralement stimulés sont les suivants :

  • Ben Shen, VB13 : situé sur le front, il est indiqué pour calmer le Shen et pour sa capacité à agir sur les pensées obsessionnelles et les tourments.
  • Wan Gu, VB12 : situé derrière l’oreille, ce point est stimulé pour apaiser les cœurs agités, favoriser l’endormissement et soulager l’insomnie.
  • Feng Chi, VB 20 : situé sur la nuque, il est stimulé pour venir à bout de l’insomnie et pour agir sur la dépression2.

La fréquence des séances est à déterminer par le thérapeute, mais les sessions rapprochées, de l’ordre de 2 à 3 fois par semaine, donnent généralement des résultats plus concluants. Par ailleurs, le recours à l’acupuncture dans le traitement des troubles du sommeil a fait ses preuves : en effet, de nombreuses études attestent de l’efficacité de cette méthode et des essais publiés récemment sur la revue Medicine3 ont affirmé que l’acupuncture pouvait offrir une véritable alternative de soutien pour les personnes souffrant d’insomnie post-AVC.

Les plantes comme alternative naturelle

pharmacopee_sommeil.jpg

Outre l’efficacité de l’acupuncture, certaines plantes médicinales sont aussi fortement recommandées par la Médecine Traditionnelle Chinoise. En effet, leurs miraculeuses vertus sur la santé favorisent la relaxation du corps et de l’esprit et facilitent l’endormissement afin de garantir le retour de nuits sereines. Leurs propriétés apaisantes et calmantes constituent une solution redoutable pour prévenir et soulager les troubles du sommeil. En réponse aux solutions de traitement de la médecine occidentale, la pharmacopée chinoise propose une alternative naturelle avec un traitement à bases de plantes qui permettront de calmer le Shen, de nourrir le Yin et de calmer l’excès de Yang à l’origine des perturbations sur le sommeil.

Voici une sélection des plantes largement préconisées par la pharmacopée chinoise pour retrouver des nuits de tranquillité :

  • Suan zao ren ou les graines de Jujube : aussi connues sous le nom de « dattes chinoises », Suan zao ren nourrit le Sang du Foie (système responsable des émotions), apaise le Cœur et calme l’Esprit.
  • Ye jiao teng ou la Renouée à fleurs multiples : elle est utilisée depuis nombreuses années en MTC comme solution pour nourrir le Yin du Cœur et calmer l’Esprit pour retrouver la tranquillité et un sommeil profond et réparateur.
  • Mei gui hua ou les boutons de Rose : très appréciés en cuisine asiatique, ils sont fortement recommandés pour leurs vertus calmantes : Mei gui hua régule la circulation du Qi et calme le Foie de sorte à apaiser les troubles nerveux et à favoriser l’endormissement.

Véritables trésors de la pharmacopée, ces plantes sont idéales pour retrouver l’harmonie intérieure et un repos réparateur.

Ainsi, les troubles du sommeil sont considérés comme un enjeu majeur de santé publique. Système de bien-être, la médecine traditionnelle chinoise s’inscrit dans une approche globale et insiste sur l’importance d’identifier l’origine des troubles pour les soigner. Ainsi, soyons attentifs à notre rythme et nos besoins en sommeil et n’oublions pas que « le repos est le secret de tout travail bien fait » !

Références
[1] « Les carnets du sommeil », Institut National du Sommeil et de la Vigilance, p. 22.
[2] Docteur Marc Martin, Les Âges du sommeil, Société d’Acupuncture de Haute-Normandie, p.5.
[3] Zhan, Chao MD, Hu et al., « Acupuncture and related therapies for poststroke insomnia », Medicine, 2021.

On en parle