LE LABORATOIRE FRANÇAIS DE LA PHARMACOPÉE CHINOISE DEPUIS 1997
Vous êtes praticien ?
Panier
0,00 €
leftRetour aux articles
plusLire plus
plusLire plus
plusLire plus
plusLire plus

MTC et cycle menstruel : les douleurs pendant les règles sont-elles normales ?

Santé et bien-être - 03/12/2021 - par Sarah T.

L’apparition des règles à la puberté est un phénomène naturel qui traduit la capacité du corps féminin à porter un enfant. Considérée comme l’événement marquant le passage à l’âge adulte chez les jeunes adolescentes, l’arrivée des règles est un moment sacré qui est même joyeusement célébré dans certaines cultures du monde. Cependant la réalité vécue par certaines femmes est loin de ressembler à une fête.

En effet, les femmes sont nombreuses à faire l’expérience d’inconforts, de crampes et de douleurs avant et pendant leurs règles. Selon une étude menée en 2005, 50 à 70 % des adolescentes ont des dysménorrhées permanentes ou occasionnelles, et 15 à 20 % d’entre elles doivent limiter leur activité au moment des règles voire s’aliter1. Une question persiste : qu’est-ce donc qui provoque les douleurs menstruelles ? Et existe-il des solutions pour mieux vivre ses règles ?

Quels sont les symptômes associés aux menstruations ?

Les règles douloureuses, appelées dysménorrhées dans le jargon médical, sont parmi les troubles gynécologiques les plus fréquents chez les femmes. Comparables à des crampes, elles surviennent généralement quelques jours avant ou au commencement de la période menstruelle et s’étendent sur deux ou trois jours. Elles sont localisées dans le bas-ventre et peuvent s’étendre jusqu’à la région lombaire, aux hanches et aux jambes. Dans la plupart des cas ces douleurs sont modérées, mais chez certaines femmes, elles peuvent être très intenses voire insupportables et provoquer nausées, maux de tête, malaises, diarrhée ou constipation.

Parfois, ces symptômes témoignent d’un trouble gynécologique plus sérieux comme l’endométriose, le léiomyome utérin ou l’adénomyose utérine (une tumeur non cancéreuse ayant les caractéristiques de l’endométriose, située dans la paroi musculaire de l’utérus). Il convient alors de consulter un médecin afin d’identifier la cause des troubles et de suivre un traitement adapté.

Au fait, est-ce normal d’avoir mal ?

femme alitée à cause de ses règles

Si dans notre société actuelle faire l’expérience de règles douloureuses est très commun et normalisé, il n’en a pas toujours été ainsi. En effet, pendant des siècles la menstruation était perçue comme une étape très joyeuse de la vie d’une jeune fille, un signe de bonne santé et de fertilité. Lorsque les adolescentes avaient leurs premières règles elles étaient célébrées et chouchoutées et personne n’associait le cycle menstruel à quelque chose de difficile à vivre et de douloureux…

Ainsi, de nombreux professionnels de santé peinent à répondre à cette question qui est pourtant simple : les douleurs menstruelles sont-elles normales ? Et bien, voici la réponse : si les inconforts (transit déréglé, sensibilités aux seins, courbatures, jambes lourdes…) sont tout à fait normaux, et malheureusement inévitables, les douleurs intenses, prolongées et invalidantes, attestent quant à elles d’un problème plus sérieux.

En effet, certaines douleurs s’expliquent scientifiquement : les douleurs dans le bas du ventre ou dans le bas du dos avant l’arrivée des règles sont liées aux contractions de l’utérus. En effet, pendant l’ovulation et sous l’effet du taux élevé d’hormones, une épaisse muqueuse utérine se forme au niveau de l’endomètre (tissu recouvrant la paroi interne de l’utérus) en vue d’accueillir un ovule fécondé. Quand il n’y a pas fécondation, cette même muqueuse est évacuée par l’organisme, c’est le début des règles et le début du cycle suivant.

Les douleurs abdominales vécues par certaines femmes pendant cette phase du cycle menstruel s’expliquent par une surproduction de prostaglandines de type PGE2 et PGF2, des substances sécrétées par l’organisme qui déclenchent les contractions. Ces substances agissent aussi sur d’autres muscles que l’utérus, ce qui explique les autres troubles qui peuvent survenir comme les nausées, les vomissements, les maux de tête, etc.

Pour résumer, afin de savoir si les douleurs ressenties sont normales ou non, il faudra « mesurer » leur intensité : les douleurs occasionnelles et les inconforts sont tout à fait ordinaires, les douleurs invalidantes et insupportables qui ne peuvent pas être soulagées, et ce même après la prise d’un antalgique, sont anormales.

Comment fonctionne le cycle menstruel en MTC ?

En plus de l’aspect physiologique, la médecine chinoise prend en compte l’aspect « énergétique » du cycle menstruel qui implique l’équilibre à la fois du Yin/Yang et du Qi/Sang et le lien direct avec le fonctionnement des organes comme la Rate, le Foie, les Reins et le Cœur.

En MTC, l’utérus (ou Bao gong en chinois, soit littéralement le « palais de l’enfant ») est le système qui gouverne les règles, la reproduction et la grossesse. Il ne renvoie pas uniquement à l’utérus mais à l’appareil reproducteur féminin dans sa globalité (trompes, ovaires…). Afin d’assurer son bon fonctionnement, l’utérus doit être abondamment irrigué de sang.

Le Sang et l’Énergie vitale vont de pair. Le Sang nourrit le Qi et le Qi fabrique le Sang et veille à ce qu’il circule correctement dans le corps. Ces éléments sont donc essentiels au bon déroulement du cycle menstruel. En MTC, ce dernier est composé de trois phases :

Phase 1 : c’est celle de la création de substance correspondant à l’énergie du Yin. La paroi utérine se constitue. Phase 2 : L’énergie Yin atteint son apogée et se transforme en Yang. La température du corps augmente sensiblement. C’est l’ovulation. Phase 3 : Le Qi et le Sang sont à leur apogée. Le Yang réchauffe l’utérus en attente de fécondation. Quand il n’y a pas de fécondation, c’est l’arrivée des règles.

Quelles sont les causes de la dysménorrhée en médecine traditionnelle chinoise ?

Chaque phase peut causer des dysfonctionnements et des troubles. Le Yin peut être insuffisant et engendrer crampes, migraine et sommeil agité. Quand c’est le Yang qui est déficitaire, une stase de sang peut apparaître et entraîner fatigue, déprime, rétention d’eau et teint pâle. Lorsqu’une stagnation du Qi et une stase de Sang surviennent, on remarquera des manifestations telles que des maux de ventre et de l’irritabilité.

Que suggère-t-elle pour soulager les douleurs de règles ?

Des plantes qui soulagent les douleurs menstruelles

plantes chinoises qui soulagent les règles

En Chine, les plantes de la pharmacopée chinoise sont employées comme remède contre les douleurs menstruelles depuis des siècles. Parmi les plus célèbres, nous pouvons citer :

  • Wu Yao (Bois épicé) est une plante utilisée dans la tradition asiatique pour lutter contre les maux de ventre et soulager les douleurs menstruelles.

  • Yi Mu Cao (Armoise d’Éléonore) qui signifie en chinois « l’herbe qui fait du bien aux mères ». Surtout réputée pour aider à évacuer les stases après les règles et faciliter la récupération post-menstruelle, elle a aussi une action purifiante sur l’appareil génital féminin.

  • Dang gui (Angélique chinoise), surnommée le ginseng féminin, elle est probablement la plus célèbre de toutes. Puissant tonifiant du sang, elle stimule la circulation sanguine de façon à réguler le cycle et soulager les douleurs provoquées par les stases. De plus, elle améliore la récupération après les règles.

  • Da zao (Jujube) : En Chine, il est très commun de voir les femmes consommer du jujube pendant leur période de règles. En effet, celui qu’on surnomme la « datte chinoise » est un puissant tonifiant du Qi et du Sang : il stimule la circulation sanguine, apaise les douleurs menstruelles et permet un regain énergétique après la période de règles.

Par ailleurs, la pharmacopée a élaboré à travers les siècles des formules et tisanes médicinales aux incroyables vertus sur l’organisme. Parmi les plus appréciées, nous pouvons citer la formule Tong Jing Wan (Formule Confort menstruel) qui régule le Qi et favorise la circulation du sang. Son action complète apaise les symptômes associés aux menstruations (fatigue, irritabilité, maux de tête, douleurs, gonflements du ventre, nausées...).

La tisane Tong jing zhi tong tang (Tisane règles difficiles) est composée de trois plantes (Yi mu cao, Wu yao et Xiang fu) très connues pour leurs bienfaits sur la sphère gynécologique. Grâce à la synergie de ses ingrédients, cette tisane apaise efficacement les crampes, calme les douleurs abdominales et régule le cycle.

Les séances d’acupuncture pour retrouver le bien-être

séance d'acupuncture pour soulager les douleurs menstruelles

De nombreuses recherches ont été menées afin d’évaluer l’efficacité des séances d’acupuncture sur les troubles liés aux règles et elles ont toutes abouti au même résultat : c’est une approche efficace qui ne doit pas être négligée 2. En décrivant précisément la douleur, le moment où elle apparait, sa durée et sa localisation, un bilan énergétique sera réalisé par l’acupuncteur et un traitement personnalisé mis en place.

Le but des séances d’acupuncture est de traiter le problème énergétique à la source afin de mettre fin aux inconforts. Ainsi, elles consisteront à réguler le flux d’énergie vitale qui circule dans les méridiens afin de défaire les potentiels blocages. En rééquilibrant le Qi, le Yin et le Yang, et le flux sanguin, l’acupuncteur viendra à bout des symptômes du syndrome prémenstruel et permettra à la patiente de vivre son cycle en toute sérénité.

Et si bien manger pouvait aussi aider ?

femme qui cuisine joyeusement

La diététique chinoise est une branche de traitement qui compose la médecine traditionnelle chinoise. Elle considère que les aliments ont aussi un pouvoir thérapeutique sur les maux. Il est donc possible de soulager vos douleurs menstruelles simplement en adaptant votre alimentation ! Une fois l’origine du problème définie, elle prodigue des conseils sur le comportement et les aliments à adopter pour en venir à bout.

Pour les femmes qui font l’expérience de sensibilités aux seins et de douleurs au ventre avant l’arrivée des règles ou encore d’irritabilité, de saignements foncés : l’objectif sera de mobiliser le Qi et d’activer le Sang. Par conséquent, elle conseille de manger légèrement sans pour autant sauter de repas, de privilégier les aliments de nature neutre, tiède et fraiche et ceux de saveur douce et piquante.

Aux femmes qui ressentent des douleurs pendant les règles, qui ont un cycle irrégulier et dont le flux est peu abondant : il sera conseiller de réchauffer l’utérus. Pour ce cas de figure, préférez les cuissons fortes, les aliments de nature neutre, tiède et chaude et ceux de saveur douce et piquante.

Pour soulager ce type de troubles, ajoutez le poireau, le safran, la pêche, la cacahuète ou encore les champignons noirs à vos plats, évitez les aliments froids et crus et prenez le temps de savourer chaque repas.

Pour les douleurs qui surgissent un peu avant la fin des règles ou après, les flux peu abondants et trop clairs accompagnés d’une lourde sensation de faiblesse et de fatigue : la MTC recommande de tonifier le Qi et de nourrir le Sang. Pour cela, il est suggéré d’adopter une alimentation légère, de limiter les viandes, de préférer les cuissons à vapeur et les aliments de nature neutre et tiède et de saveur douce et tonifiante. Les aliments comme le poulet, l’agneau, l’avoine, le quinoa et les châtaignes par exemple vous aideront à tonifier votre Qi et à revitaliser votre Sang3.

groupe de femmes de tout âge et de différentes origines qui s'enlacent

Ainsi, vous l’avez compris, faire l’expérience de règles douloureuses et invalidantes n’est pas quelque chose de normal. Il est fondamental de déconstruire cette idée pensée par beaucoup, et ce pour plusieurs raisons : d’abord, pour déculpabiliser les femmes souffrant de douleurs, puis pour les mettre en alerte concernant leur santé et les encourager à consulter lorsque cela semble important.

Les menstruations sont naturelles et elles accompagnent les femmes une grande partie de leur vie. Les inconforts nous préviennent de leur arrivée et sont tout à fait communs, bien qu’ils puissent être incommodants. En revanche, vivre des menstruations provoquant des dysménorrhées insupportables témoigne généralement d’un déséquilibre énergétique, ou pour les cas les plus sérieux, d’une maladie sous-jacente. Laissez la médecine chinoise prendre soin de votre bien-être et faites confiance aux ressources de la nature pour soulager vos douleurs et retrouver la sérénité.

Références :
[1] Extrait des mises à jour en gynécologie médicale, Collège national des gynécologues et obstétriciens français, volume 2005, publié le 30.11.2005
[2] CA. Smith, X. Zhu, L. HE, J. Song, « Acupuncture for dysmenorrhea », Cochrane Database Syst. Rev. 2011, 19 janvier (1) ; Liu CZ, Xie JP, Wang LP, et al., « A randomized controlled trial of single point acupuncture in primary dysmenorrhea », Pain Med, 2014.
[3] CHAPELLET Josette, À la Découverte de la Diététique chinoise, Guy Trédaniel éditions, p.230-232.

On en parle