LE LABORATOIRE FRANÇAIS DE LA PHARMACOPÉE CHINOISE DEPUIS 1997
Vous êtes praticien ?
Panier
0,00 €
leftRetour aux articles
plusLire plus
plusLire plus
plusLire plus
plusLire plus

À la découverte du safran : une épice d’exception

Le pouvoir des plantes - 05/11/2021 - par Sarah T.

Depuis la nuit des temps en Méditerranée et au Moyen-Orient, le safran est apprécié pour ses qualités de condiment et de colorant mais aussi pour ses innombrables bienfaits sur le corps et l’esprit. Aujourd’hui, celui que l'on surnomme « l’or rouge » est l’épice la plus difficile à produire au monde mais aussi celle qui présente le potentiel thérapeutique le plus riche.

D’où vient le safran et quels effets a-t-il sur l’organisme ? Quel usage en fait la médecine chinoise ? Découvrez tout ce qu’il y a à savoir sur cette épice extraordinaire.

Des origines lointaines

Cultivé depuis plusieurs siècles, le safran (Crocus sativus) est une plante de la famille des Iridiacées originaire de Méditerranée, plus spécifiquement de Crète d’après les recherches botaniques. Ce sont les stigmates de la fleur de Crocus sativus qui donnent l’épice que l’on retrouve un peu partout dans la cuisine méditerranéenne et qui est réputée pour sa couleur rouge, sa forte odeur et son goût amer. Découvert il y a plus de 3 000 ans, le safran s’est rapidement répandu de la Grèce jusqu’au Moyen-Orient où il est devenu un ingrédient culinaire essentiel mais aussi un colorant de choix.

Le safran devint populaire dès le Moyen-Âge grâce aux commerçants arabes qui le firent découvrir aux populations occidentales. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le safran s’appelle ainsi : il tient son nom du mot arabe za’faran signifiant littéralement « jaune » (renvoyant à la couleur dorée qu’il donne aux plats).

L’utilisation thérapeutique du safran date du temps de sa découverte. En effet, ses bienfaits sur la santé furent immédiatement remarqués et répandus. Durant l’Antiquité, les populations l’utilisaient par exemple pour traiter le rhume, soulager les voies respiratoires et favoriser le sommeil. Peu à peu, les études menées ont su révéler la multitude de vertus contenue par le safran ce qui a propulsé cette épice au rang d’ingrédient d’exception. Aujourd’hui extrêmement prisé pour son pouvoir thérapeutique, le safran est un ingrédient rare et coûteux, et ce en raison de sa culture difficile.

Une épice rare car difficile à produire

culture_safran.jpg

Originaire de Crète, le Crocus sativus, avec ses longues tiges et ses belles fleurs mauves, est aujourd’hui principalement cultivé au Moyen-Orient. L’Iran en est le plus gros producteur – environ 90% du safran en provient - suivi de l’Espagne, de la Grèce et de l’Inde. Le safran est fabriqué à partir des stigmates du pistil de la fleur de Crocus sativus, qui une fois séchés, donnent les filaments rouges qui ravivent nos papilles.

Surnommé « l’or rouge », le safran constitue l’épice la plus difficile à produire au monde. En effet, plusieurs choses sont à savoir : premièrement, le Crocus sativus ne pousse pas à l’état sauvage et sa floraison ne dure que quelques semaines, deuxièmement, chacune de ses fleurs ne donne que trois stigmates. Ainsi, environ 150 000 fleurs sont nécessaires pour obtenir 1 kg de safran !

Par ailleurs, les stigmates de Crocus sativus sont très fragiles et se décomposent facilement, seule la cueillette à la main est possible et ses pétales fanent très vite c’est pourquoi il est généralement recommandé de récolter les fleurs lorsqu’elles sont encore fermées. Chaque stigmate doit être prélevé de la fleur puis séché afin d’obtenir les fameux filaments rouges. La culture du safran représente un travail colossal ce qui explique en partie que son prix soit si élevé : en effet, 1 kg de safran couterait entre 30 000 et 40 000€ ! C’est donc sans aucun doute l’épice la plus chère du monde.

Le safran : un allié pour la santé

Riche en minéraux, en oligo-éléments et en vitamines, le safran présente de nombreux bienfaits nutritionnels mais pas seulement : il est surtout réputé pour sa teneur en crocine, en safranal, pricrocrocine et en polyphénols1, des composés actifs qui lui confèrent des vertus surprenantes sur la santé.

Ces dernières années, le safran a fait l’objet de longues et rigoureuses études visant à confirmer les qualités qui lui ont été prêtées à travers les années, notamment sur l’humeur et le stress. Quelles sont donc les bienfaits thérapeutiques qui font du safran un ingrédient si précieux ?

Des propriétés apaisantes sur l’esprit

safran_infusion_pour_dormir.jpg

De nos jours, le safran est surtout apprécié pour son action sur le stress et l’anxiété : grâce à sa composition en safranal et en crocine, composés réputés pour agir sur le système nerveux central et stimuler la sérotonine (l’hormone du bonheur), il est recommandé dans le traitement des dépressions légères. En effet, il a été scientifiquement prouvé que sa consommation contribue au rétablissement de l’équilibre émotionnel2. Ainsi, le safran combat efficacement les troubles de l’humeur, l’anxiété, le stress, le surmenage et la baisse de moral.

De plus, le safran a une action sédative et hypnotique qu’il doit en partie à sa teneur en magnésium. Pris en infusion avant le coucher, il favorise la relaxation et l’endormissement et soulage les troubles du sommeil liés à la nervosité tel que les insomnies.

Un surprenant aphrodisiaque

Une rumeur affirme que le safran était déjà utilisé par Cléopâtre, célèbre reine de l’Égypte Antique, pour ses vertus aphrodisiaques. En effet, des études ont confirmé les effets bénéfiques de l’épice sur les troubles sexuels, les dysfonctionnements érectiles et la baisse de libido. En somme, elle stimule l’excitation, augmente le désir et améliore la vie sexuelle3.

Une épice qui favorise le système digestif

En plus de mettre le soleil dans nos assiettes, le safran présente de nombreux bienfaits sur l’appareil digestif. Grâce à sa teneur en crocines, il favorise la digestion et stimule l’appétit, et grâce à ses propriétés carminatives et antispasmodiques 4, il calme les ballonnements et apaise les maux de ventre.

De plus, comme la plupart des ingrédients à la saveur amère, le safran présente une action drainante sur le foie : il l’assainit et stimule son fonctionnement. Il est d’ailleurs parfois conseillé de consommer du safran après une soirée (un peu trop) arrosée pour nettoyer le foie.

Un pouvoir antioxydant puissant

Grâce à sa teneur en bêta-carotènes, le safran possède un pouvoir antioxydant très intéressant. Entre autres, il prévient le vieillissement cellulaire et réduit la sensation de fatigue. Il est aussi préconisé pour son action sur le déclin cognitif notamment chez les personnes âgées : il stimule la mémoire et préviendrait la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA).

De plus, le manganèse qu’il contient lui confère une action tonifiante et stimulante sur l’immunité, ainsi le safran contribue à stimuler les défenses naturelles et il agit efficacement pour soulager le rhume ou la toux par exemple. Il est donc un ingrédient essentiel pour renforcer le corps et combattre les maux accompagnant les saisons froides.

Des bienfaits sur le cycle menstruel

Depuis la Haute-Antiquité, le safran est recommandé aux femmes pour apaiser les douleurs abdominales et réguler leur cycle menstruel. Réputé pour son action emménagogue5, il est fréquent en Chine d’utiliser le safran pour « provoquer » les règles et pour stimuler les flux insuffisants.

Par ailleurs, les effets du safran sur les troubles de l’humeur et le système digestif lui confère une action efficace sur les symptômes du syndrome prémenstruel.

Des vertus anti-tumorales prometteuses

Grâce à sa teneur en pigments caroténoïdes, plus particulièrement la crocine, le safran possède un potentiel anti-cancérigène très prometteur : des études ont été réalisées in vitro et chez l’animal afin d’établir le rôle du safran dans la prévention et le traitement du cancer et les résultats ont prouvé des effets antiprolifératifs sur certaines cellules cancéreuses6.

L’usage du safran par la Médecine Chinoise

safran_mtc.jpg

Le safran (Zang hong hua en chinois) est employé depuis de nombreuses années par la pharmacopée chinoise. En MTC, il est réputé pour agir sur le Cœur et le Foie, les systèmes qui régissent respectivement le Shen (l’Esprit) et les émotions.

On dit de Zang hong hua qu’il active le Sang, disperse la Stase, nourrit le Cœur et apaise le Foie. Ainsi, il est généralement préconisé pour agir sur les troubles liés à la Stase de Sang (ex. douleurs abdominales, troubles menstruels) ou pour traiter les troubles de l’humeur et apaiser la nervosité (ex. crises d’anxiété, insomnie, dépression, stress). Toutefois, en raison de son prix élevé, il est généralement très peu prescrit et on ne le recommande qu’aux cas les plus sérieux.

Comment se soigner avec le safran ?

Privilégiez les filaments de safran naturels plutôt que les gélules ou la poudre pour un usage thérapeutique. Le safran est très actif, de ce fait une petite dose est suffisante pour obtenir des effets. Nous recommandons de mélanger quelques stigmates à vos plats pour allier bien-être et plaisir, lorsque le besoin se fait ressentir, ou en cure si cela est nécessaire. Le safran peut s’avérer toxique à haute dose et son usage est déconseillé aux femmes enceintes.

Méfiez-vous du faux safran !

safran_epices.jpg

En règle générale, il sera toujours conseillé de préférer les filaments de safran à l’achat plutôt qu’une forme moulue. La principale raison est que cela permet de contrôler la qualité du safran et surtout de vérifier son authenticité botanique.

Sans grande surprise, la demande et le prix élevé de cette épice donne lieu à de nombreuses arnaques et à la commercialisation de contrefaits. Il est par exemple fréquent de retrouver des sachets de poudre contenant du safran des Indes, en réalité un variant du curcuma, plutôt que du véritable safran. Attention aux mélanges d’épices et de colorants chimiques, au safran de mauvaise qualité (et donc sans grand effet sur l’organisme) et au safran trop peu cher.

Pour vérifier l’authenticité du safran, il est fondamental de prêter attention à la couleur de ses filaments qui doivent être rouge vif. Lorsqu’ils sont infusés, une couleur jaune-orangée doit s’en dégager. Même si cela n’est pas obligatoirement gage d’authenticité, une odeur ne s’apparentant pas à celle du safran devrait aussi éveiller les doutes.

Ainsi, le safran est un ingrédient de choix pour traiter les troubles de l’humeur et les dépressions légères à modérées mais pas seulement : la richesse de sa composition lui confère une multitude de vertus sur l’organisme et un fort potentiel thérapeutique. Sa rareté et les difficultés liées à sa culture font de cette épice un trésor naturel malheureusement réservé à ceux qui ont les moyens d’en obtenir. Toutefois, en cuisine ou en cure, le safran est une merveille dont il ne faut pas priver son corps !

Références :
[1] Maryam Rameshrad, Bibi Marjan Razavi et Hossein Hosseinzadeh, Saffron and its derivatives, crocin, crocetin and safranal : a patent review, Expert Opin Ther Pat. 2018 Feb;28(2):147-165.
[2] Camille Monchaux De Oliveira, Line Pourtau, Sylvie Vancassel, et al., Saffron Extract-Induced Improvement of Depressive-Like Behavior in Mice Is Associated with Modulation of Monoaminergic Neurotransmission, Nutrients. 2021 Mar; 13(3): 904.
[3] Ladan Kashani, Firoozeh Raisi, Sepideh Saroukhani, et al., Saffron for treatment of fluoxetine-induced sexual dysfunction in women : randomized double-blind placebo-controlled study. Hum Psychopharmacol. 2013 Jan;28(1):54-60.
[4] Nabi Shariatifar, Shahram Shoeibi, Moslem Jaferi Sani, et al. Study on diuretic activity of saffron (stigma of Crocus sativus L.) Aqueous extract in rat. J Adv Pharm Technol Res. 2014 Jan;5(1):17-20.
[5] Maria José Bagur, Gonzalo Luis Alonso Salinas et al., Saffron: An Old Medicinal Plant and a Potential Novel Functional Food. Molecules. 2018 Jan; 23(1): 30.
[6] J. Escribano, G. L. Alonso, et al., Crocin, safranal and picrocrocin from saffron (Crocus sativus L.) inhibit the growth of human cancer cells in vitro. Cancer Lett. 1996 Feb 27;100(1-2):23-30.

On en parle