LE LABORATOIRE FRANÇAIS DE LA PHARMACOPÉE CHINOISE DEPUIS 1997
Vous êtes praticien ?
Panier
0,00 €
leftRetour aux articles
plusLire plus
digestion-et-fete-de-fin-d'année.jpg
plusLire plus
Santé-mentale.jpg
plusLire plus
vins-chauds.jpg
plusLire plus

Dépression saisonnière en médecine chinoise : les 4 plantes médicinales pour la combattre

Santé et bien-être - 14/01/2022 - par Wafa G.

Presque partout dans le monde, le mois de janvier est réputé pour être difficile à vivre. Long, froid et fatiguant, il débute par l'effervescence des fêtes de fin d'année et les bonnes résolutions pour brutalement laisser place au coup de mou, à la démotivation et à la mauvaise humeur. Face à ce phénomène qui dépasse nos frontières, chaque année (depuis sa création dans les années 2000) on célèbre le deuxième ou troisième lundi du mois de janvier le "Blue monday", connu pour être la journée la plus déprimante de l'année.

Plus sérieusement, il existe effectivement une forme de dépression qui sévit durant les mois froids de l'année. En effet, celle que l'on appelle la dépression saisonnière s’invite dans nos vies sans prévenir, accompagnée de son lot d’émotions et de pensées négatives. Et quand elle survient et qu’elle nous prive de notre joie de vivre, notre moral commence alors à être en berne ! Véritable problème qui frappe surtout en automne et en hiver, la dépression saisonnière gangrène le quotidien de ceux qui en font l’expérience et pèse lourdement sur leur motivation, leur productivité et leur bien-être.

Mais qu’est-ce que la dépression saisonnière ? Est-ce que ça se soigne ? Que recommande la médecine chinoise ?

La dépression saisonnière, c’est quoi ?

Jeune femme se sentant contrariée dans sa chambre.jpg

Aussi appelée T.A.S (trouble affectif saisonnier), la dépression saisonnière apparaît à des moments bien particuliers de l’année, notamment en automne et en hiver, quand le froid et la grisaille s’installent dans nos villes. Lorsque ce phénomène est vécu de manière consécutive pendant plusieurs années, on parle alors d’épisodes dépressifs de type saisonnier.

Ces épisodes sont marqués par des symptômes comme la tristesse, le manque d’énergie et de motivation, une baisse d’attention et une incapacité à se concentrer. Parfois des troubles du sommeil, une chute de cheveux anormale ou encore des fringales peuvent aussi témoigner d'un T.A.S.

Les causes de la dépression saisonnière

paysage hivernal.jpg

Face à la dépression saisonnière, nous ne cessons de chercher des explications. Nous essayons de comprendre et de donner un sens à ce qui nous arrive, à ce profond sentiment de mal-être. C’est généralement la nature qui est blâmée : en effet, ces épisodes seraient liés aux changements climatiques.

Il n’y a pas de doute, les journées ensoleillées nous font du bien, elles améliorent notre humeur et nous rendent optimistes. D’ailleurs, il a été prouvé que le soleil possède de nombreux bienfaits sur l’organisme : il est une source de vitamine D, il recharge nos batteries et stimule la production de sérotonine, un neurotransmetteur intervenant dans la régulation de l'humeur1. Cela explique donc pourquoi il est fréquent de ressentir une fatigue intense lorsque nous vivons sans soleil (comme c’est le cas durant les saisons froides). En effet, la faible exposition au soleil diminue le niveau de sérotonine et augmente les risques de souffrir de ce type de dépression.

Par ailleurs, les journées hivernales, connues pour être particulièrement courtes et froides, sont difficiles à vivre pour certaines personnes, surtout lorsqu'elles s'inscrivent dans la continuité d'une année épuisante et tumultueuse. Ainsi, le temps, l'obscurité et la lenteur de la saison peuvent donner lieu à des coups blues qui se transformeront en une dépression saisonnière pesant lourdement sur notre psyché.

Des solutions simples pour retrouver la forme

pallier le manque du soleil.jpg

Pour combattre le manque de soleil et de lumière naturelle en automne et en hiver, il est conseillé de faire le plein de vitamine D. Indispensable pour éviter les coups de mou, la vitamine D peut être prise sous forme synthétisée dans des compléments alimentaires, mais on la retrouve aussi dans certains ingrédients naturels comme les poissons gras (le saumon et la sardine par exemple), mais aussi dans le jaune d’œuf ou le chocolat noir. Par ailleurs, ses bienfaits sur les formes de dépression ont été scientifiquement prouvés2.

Outre la vitamine D, les omégas 3, un ensemble d’acides gras, possèdent eux aussi des vertus sur la santé mentale et peuvent aider à combattre la dépression saisonnière. Les omégas 3 sont généralement contenus dans les aliments comme les poissons, les fruits de mer et les huiles végétales.

Le point de vue de la médecine chinoise

En médecine chinoise, les changements de saison constituent une étape très importante. En plus de témoigner d’un changement dans la nature, ils préviennent d’un changement d’énergie. En effet, tandis que, l’été est la saison la plus Yang, l’hiver est la saison Yin par excellence.

L'hiver est associé au froid, à l’obscurité, au calme et au Rein. En énergétique chinoise, le soleil permet de nourrir le Yang du Rein3. Le manque de soleil en hiver risque donc de faire stagner l’énergie des Reins, créant ainsi un déséquilibre entre le Yin et le Yang et ouvrant la porte aux pathogènes tels que l’Humidité, le Froid ou encore… la dépression. Il est donc essentiel de vivre selon les saisons, et surtout de prendre soin de son Rein en hiver !

Ainsi, le trouble affectif saisonnier résulte le plus souvent d’une dysharmonie entre le Yin et le Yang ainsi que d’un déséquilibre au niveau du Qi 4. Attention : il ne faut pas confondre le TAS avec la dépression, celle qui perdure dans le temps et qui est le plus souvent due à une perturbation du Shen (l’Esprit) ainsi qu’une stagnation du Qi au niveau du Foie, organe responsable des émotions en médecine chinoise.

Dépression saisonnière : les plantes à la rescousse

Il est difficile de mener la bataille contre ces épisodes dépressifs seul tant le challenge est de taille. Enfermés dans notre mal-être, le sentiment de solitude nous submerge et nous nous sentons souvent incompris et jugés.

À la recherche d’une solution naturelle pour réguler votre humeur ? Découvrez quatre plantes médicinales qui vous feront du bien et vous apporteront une aide dans ces moments difficiles !

Le célèbre millepertuis

fleur de millepertuis.jpg

Appelé aussi herbe de la Saint-Jean, le millepertuis possède des vertus apaisantes et relaxantes ce qui lui permet de favoriser l'équilibre émotionnel et d’apaiser les troubles nerveux. En phytothérapie, son usage est surtout mentionné dans le traitement des états dépressifs légers. Grâce à ses principes actifs (l'hypericine et l'hyperforine), elle possède une action sur certains neurotransmetteurs comme la sérotonine et favorise leur production.

Au Moyen-Âge déjà, les médecins l'utilisaient dans le traitement des troubles mentaux5. On croyait à cette époque que le millepertuis faisait fuir les mauvais esprits. Ainsi, il était surnommé le « chasse-diable » puisque l’on pensait que les personnes atteintes de dépression étaient possédées.

Le safran, la plante anti-déprime

filaments-safran.jpg

Plante aux mille vertus, le safran est réputé pour être un antidépresseur naturel. Employé dès l’Antiquité pour ses bienfaits sur l’organisme, le safran apaise efficacement l’esprit afin de traiter les manifestations de la dépression.

En médecine traditionnelle chinoise, les filaments qui poussent sur la fleur de safran (Zang hong hua en chinois) sont employés pour traiter les troubles de l’humeur et pour leurs propriétés apaisantes sur la nervosité et ses effets : crises d’anxiété, insomnies, dépression, stress

La rhodiola contre la dépression saisonnière

rhodiola.jpg

Employé depuis des siècles par la pharmacopée chinoise pour tonifier le Qi, la rhodiola (Hong jing tian en chinois), que l'on peut aussi trouver sous le nom de rhodiole, est une plante très appréciée pour ses vertus sur l’organisme. Outre sa capacité à renforcer les défenses immunitaires, elle stimule le système nerveux et prévient efficacement la dépression.

Selon une étude, cette plante possède un véritable potentiel antidépresseur. En effet, elle influe sur différents neurotransmetteurs et récepteurs du cerveau de façon à atténuer les symptômes de la dépression saisonnière6.

Outre ses véritables effets anxiolytiques, la rhodiola possède aussi des vertus anti-stress et anti-fatigue.

La passiflore pour un esprit apaisé

fleur de passiflore.jpg

Surnommée « Fleur de la passion », la passiflore possède des vertus apaisantes et hypnotiques : elle calme nervosité et anxiété de façon à favoriser un état de relaxation propice à l’endormissement. Elle permet également de lutter contre les fringales de sucre qui sont très fréquentes en hiver.

Une étude a démontré que cette plante joue un rôle intéressant dans le traitement des symptômes chez les patients souffrant de formes de dépression : outre ses bienfaits sur l’humeur, elle vient à bout des troubles du sommeil et pallie les pertes de mémoire. De plus, ses propriétés antispasmodiques, anxiolytiques et sédatives lui confèrent une action dans le traitement de l'agitation et de l'insomnie.7

Ainsi, malgré le fait qu'elle soit passagère, la dépression saisonnière reste compliquée à vivre tant elle obscurcit notre quotidien. Pour vous aider à surmonter cette période, un cocktail composé de vitamine D, d'une alimentation adaptée, d'une activité physique régulière et de plantes médicinales bien choisies se présente comme une solution de taille pour éloigner la baisse d'humeur. Notre santé mentale étant au cœur de notre épanouissement, il est essentiel d’en prendre le plus grand soin.

Références :
[1] COMBIS Hélène, Retour du soleil : pourquoi votre cerveau est addict à la lumière, France Culture, 2017.
[2] SPEDDING S., Vitamine D et dépression : une revue systématique et une méta-analyse comparant des études avec et sans défauts biologiques. Nutriments. 2014.
[3] 5 Ways to Fight Winter Depression with Chinese Medicine, Good Medicine : Acunpuncture & Massage, 2019.
[4] Treating Seasonal Depression With Traditional Chinese Medicine, Five Seasons Healing, 2019.
[5] BOULIN Alexandre, Le millepertuis : état des lieux et enquête sur sa délivrance officinale en région Haute-Normandie, HAL open Science, 2014.
[6] WU Po-Yuan, CHEN Hsin Chun, Les bioactivités des plantes Rhodiola (Hong Jing Tian) et de leurs constituants actifs, le tyrosol et le salidroside, Journal d'analyse des aliments et drogues, 2015.
[7] JANDA K., WOJTKOWSKA K., JAKUBCZYK K. et al., Passiflora incarnata dans Neuropsychiatric Disorders-A Systematic Review. Nutriments, décembre 2020.

On en parle